Linkwheel : Black Hat ou pas ?

Il y a quelques jours, le blog Maxadi fut mentionné dans l’un des articles invités de Presse-Citron. L’article en question concernait la stratégie de backlinks utilisées par Pat Flynn lors son duel avec Tyrone Shum.

Dans les commentaires, cette technique, associée au ‘content spinning’ – c’est-à-dire à la réécriture d’articles – a souvent été décriée comme une technique Black Hat.
Ceci est d’autant plus étonnant que la plupart des commentateurs semblent assez au fait des techniques de référencement et autres sujets SEO (!)

Pour ma part, mon avis s’oppose au leur pour cette simple raison : considérer la technique de linkwheel utilisée par Pat Flynn dans le duel comme du Black Hat, ce n’est pas savoir faire la nuance entre ‘influence’ et ‘manipulation.

Illustrons mes propos avec un exemple :
Quand un homme a un rendez-vous avec une jolie fille qu’il courtise, il prend une douche, se rase, se brosse les dents, se peigne les cheveux, mets du déodorant, repasse sa chemise, etc. Bref, il met tous les atouts qu’il peut à son avantage. (Et la fille en fera autant, d’ailleurs). Est-ce que l’on peut considérer cela comme du Black Hat ? Non.

Et si l’homme en question savait que la couleur préférée de la fille est le bleu. Serait-ce de la manipulation s’il mettait une chemise bleue, volontairement ? Non. C’est de l’influence.

Par contre, si lors du rendez-vous, il met une drogue ou de l’alcool dans le verre de la fille à son insu afin de la mettre dans un état second. Alors là, oui, c’est carrément du Black Hat !

Mettre toutes les chances de son côté en utilisant la technique du linkwheel, c’est un peu pareil. Créer une linkwheel sur internet, c’est jouer le jeu de ce qu’attendent les moteurs de recherche, sans pour autant falsifier les règles.

Utiliser les règles à son avantage, ce n’est pas tricher !

Si c’était le cas, les bureaux d’ingénierie fiscale seraient toutes hors-la-loi. Mais ce n’est pas le cas. Utiliser la linkwheel pour favoriser son classement parmi les moteurs de recherche, c’est une technique (avancée, certes) qui n’a rien de méprisable ou répréhensible selon moi.

Et vous ? Pensez-vous que la technique du linkwheel doit être considérée comme du Black Hat ?

Both comments and pings are currently closed.

19 Responses to “Linkwheel : Black Hat ou pas ?”

  1. Adrien dit :

    Je pense que le web évolue, il y a de plus en plus de monde qui visent la première place, et forcément les techniques pour y arriver sont de moins en moins « manuelles » mais est ce un mal ? Se faciliter la vie c’est un crime ? Je pense que le plus idiot c’est celui qui écrit toutes ces descriptions etc à la main ( Comme moi y a quelques temps \o/ ).

  2. J’avoue que tout ce qui concerne le SEO m’échappe un peu (enfin, beaucoup 😉 ) mais d’après ce que j’ai compris google modifie assez souvent son algorithme ou y inclut de nouveaux critères ce qui fait que ce qui est valable aujourd’hui ne le sera plus demain. Perso je trouve assez sympa que les règles changent, cela permet aux non-professionnels astucieux de pouvoir « lutter » avec les pros du truc et d’équilibrer un peu les résultats.
    Mais bon, ce n’est que mon avis qui je suppose n’est pas partagé par beaucoup de monde… 😉

    • MaxR dit :

      Les nouvelles règles ont toujours le même but : empêcher le spam autant que possible, et rendre internet aussi propre que les internautes souhaiteraient le trouver.
      A partir du moment où tes articles (originaux et spinnés) apportent tout de même de la valeur aux lecteurs (humains), alors je crois qu’il n’y a aucune crainte à avoir.

  3. Adrien dit :

    Sans oublier qu’un jour ou l’autre google va faire la chasse aux fermes de contenu, et là niveau content spinning va falloir faire fort, très fort pour ne pas se faire lapider.

    • MaxR dit :

      D’où l’intérêt de bien spinner son article à la base … et surtout d’achalander un peu les comptes blogger (et autres) qui n’ont qu’un seul article avec bien sûr le précieux lien vers le site principal !
      En disant cela, cela me fait penser qu’il faut que j’écrive quelques petites articles (même bidon) pour avoir quelques articles de plus, afin de monter à Google que je ne suis pas là pour le petit lien présent dans le premier article. 😉

  4. Martin dit :

    J’aime bien la comparaison avec la séduction… Pour le contenu de ton article, il y a en effet des générateurs d’articles… Mais après cela marche t-il vraiment? Je vois ca un peu comme du flood. Pourquoi pas essayer, mais bon, je partage l’avis de David…

    • MaxR dit :

      Oui, cela marche même plus pas mal ! J’ai testé l’affaire et j’en suis parfaitement convaincu.
      Un seul article spinné, avec tous les liens mis en place m’a vallu la 2ème place dans Google en seulement quelques semaines après avoir lancé un blog. Donc, OUI, ça marche ! 😉

  5. Greg dit :

    Selon moi le linkwheel ne doit pas être considéré comme BH tout simplement car il s’agit d’une succession de « mise en avant » qui ne peuvent être considérées comme techniques illégales.
    Être influent n’est pas un crime ! 😉

    • MaxR dit :

      Tout à fait. C’est une mise en avant bien poussée, parfois même très élaborée. Mais en fin de compte, on ne fait que jouer les règles que les moteurs de recherche ont décidé d’appliquer.

  6. Je pense qu’une technique considérée comme Black Hat est une technique qui était white auparavant et qui a reçu les foudres de Dieu Google.

    Mais bon comme cela a été dit plus haut : la concurrence devient rude alors les webmasters créent de nouvelles méthodes seo.

  7. Charles dit :

    Le content spinning pour moi c’est du black hat, étant donné que Google ne veut pas 2 fois le même contenu, on triche car c’est une machine, mais humainement parlant c’est le même contenu.

    Pour le reste, c’est à dire les liens ancrés, c’est pas black. Ensuite les liens vers les articles spinnés, c’est pas spécialement black hat, on fait juste un lien…

    Donc sa technique est plutôt Grey Hat, à la frontière.

    • MaxR dit :

      Je ne pense pas que le content spinning (s’il est bien fait) soit du black hat. Certes, le contenu est quasiment le même à l’identique, mais la forme est différente.
      De plus, il m’est déjà arrivé de lire des articles différents (non spinnés) appartenant à des sites différents et reconnus, sur un thème bien précis et ils donnaient en effet un contenu assez similaires. Les points principaux apparaissaient, ce genre de chose. Est-ce que Google va un jour considérer cela comme du content spinning ? Non, je ne crois pas.
      Il faut donc BIEN faire son travail à la base afin de ne pas risquer les foudres de Google dans les années à venir.

  8. Jon dit :

    Ah décidément tout le monde passe sur presse-citron.

    En fait si on suit les directives de Google, tout est evil sauf..

    le fait d’avoir un site qui est tellement d’enfer que les gens font des liens d’eux-mêmes vers toi..

    (sans qu’ils soient drogués – on peut rêver)

  9. Fabien dit :

    Entièrement d’accord avec l’article. Une linkwheel correctement orchestrée avec du contenu correctement spinné n’a pas de souci à se faire. De nombreux référenceurs qui se prétendent « pur white hat » pratiquent régulièrement cette technique qui produit des effets redoutables sur le positionnement d’un site internet sur les secteurs concurrentiels.

    Si certains abusent sur des points précis (je pense notamment à du contenu dégueulasse recopié 20 fois au même endroit et quasiment illisible à l’oeil humain), notre dieu tout puissant à tous sait généralement les repérer et les annihiler sans préavis au grand dam de leurs créateurs.

    Encore une fois, ce qui prime c’est :

    – du contenu de qualité (unique)
    – une mise à jour régulière de ces contenus
    – un linking tranquille, régulier et durable

  10. Priximmo dit :

    J’ai lu aussi cet article très intéressant. Certains prennent le référencement comme un jeu en ligne et découvre ce genre de stratégie très pointue et risquée.

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other