Cashflow Quadrant de Robert Kiyosaki (2/2)

Voici la suite des 4 statuts professionnels possibles illustrés dans le Cashflow Quadrant de Robert Kiyosaki :

B – Business

En créant votre entreprise, et en ayant des employés qui travaillent pour vous, vous mettez en place un système. Votre activité n’est donc plus la location de votre temps ou la vente de vos compétences. Vous créez un processus. Vous mettez une véritable machine en route.

Les complications sont nombreuses mais pas forcément insurmontables. La preuve, de nombreuses entreprises sont créées chaque année, et certaines sont promises à un bel avenir.

Ici, les maîtres mots sont délégation et contrôle. Vous ne pouvez tout faire, ce serait impossible (au niveau du temps déjà). Vous devez donc embauchez des gens qui possèdent les compétences que vous recherchez. Cela va de la comptabilité, au management, aux ressources humaines, au secrétariat, à l’ouvrier, aux employés de bureaux, aux vendeurs, etc. Chaque salaire sera un coût à gérer, de même que les charges et les taxes.

En tant que patron, vous avez donc droit directement à votre part de bénéfice. Il n’y a aucun plafond qui limite vos revenus. Par contre, vous ne serez payé qu’après le bilan comptable final qui fera état des bénéfices (ou des pertes !).

Contrairement au statut d’employé ou d’indépendant, une entreprise peut se vendre. Donc, en plus de votre part des bénéfices, vous pourrez toucher gros à la vente si votre entreprise est saine.

Beaucoup de travail est nécessaire pour la création, la mise en place et le démarrage d’une entreprise. Les risques sont énormes et il n’y a aucune garantie de réussite. C’est donc un véritable pari que de lancer une entreprise.

Par contre, une fois que la machine est lancée et rôdée, vous pouvez vous contenter d’une fonction de contrôle. Vous pouvez vous arrêter de travailler et vos revenus continueront de s’accroître.

I – Investisseur

En tant qu’investisseur, vous ne travaillez pas. Vous investissez. Vous placez votre argent dans les entreprises (ou valeurs cotées en bourse) en escomptant des résultats positifs. Vous ne louez pas votre temps, ni vos compétences. Vous ne faites que placer votre argent. Pour cela, il faut savoir choisir ses placements bien sûr, et avoir un gros capital de départ (pour pouvoir en vivre).

Les investisseurs ont leur capital de pleins de sources différentes: héritage, vente d’une entreprise, résultats de différents placements, spéculations heureuses, ou même gains de loterie.

Le statut d’investisseur offre la liberté la plus complète, tout en ayant des revenus. C’est l’étape ultime de la liberté financière. Vous ne devez plus passer de temps à essayer de joindre les deux bouts pour payer vos factures.

Si vous arrêtez de travailler, …. ben, en fait, vous ne travaillez déjà pas ! C’est pas beau la vie ?

Voilà en gros les 4 statuts de rémunérations possibles.

Le but est d’évoluer le plus possible. Tout le monde peut y arriver. Car ce n’est pas une question de diplôme. C’est une question de volonté. Et surtout, la volonté d’apprendre constamment.

Si le statut d’employé est le  plus sûr (en apparence), c’est aussi celui qui souffre le plus des taxes.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other